Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Critiques de nénettes on net
  • Critiques de nénettes on net
  • : Bienvenue à toutes les nénettes passionnées de bouquins
  • Contact

Codes des nénettes

Cotes d'amour :
¤ Pas du tout, * Peu
** Bien *** Beaucoup,
**** Énormément, ***** Passionnément


RECHERCHE : ENTREZ UN MOT-CLE (auteur, titre...) 

         

Bienvenue chez les Nénettes

 

    images-copie-1   

Bonne visite du blog

 

 

Merci de donner votre avis en cliquant sur écrire un commentaire. Nous serons ravies d'échanger avec vous. 

17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 17:54

L'ogre intérieur d'Adèle a un appétit féroce !

Adèle est sexuellement addict, une pulsion irrépressible, honteuse, mais insatiable, qui lui fait prendre tous les risques, pourvu qu'elle puisse plaire le temps d'une étreinte souvent brutale, toujours rapide, et sans jamais la rassasier. Pourtant elle aime et est aimée par son mari médecin, elle a un petit garçon, mais elle ne se satisfait pas de cette vie de petite bourgeoise.

En dépit de ce corps maigre qui, tel un tyran, lui demande toujours plus, en dépit de la honte  des mensonges et du dégoût, Adèle ne peut résister, quitte à tout perdre.

Son rapport à la maternité, à sa mère, son manque de reconnaissance affective ... On entre dans l'histoire d'Adèle, pour ma part sans la juger.

Un sujet audacieux pour le premier roman d'une jeune femme marocaine ! Des phrases incisives, percutantes, des mots crus parfois, mais jamais vulgaires, de la souffrance, beaucoup, le portrait sans complaisance de cette femme imparfaite m'a touchée et émue.

Vous pouvez vous laisser tenter !

Eveline

Partager cet article

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article

commentaires

Inès 18/02/2017 15:42

Un roman qui se lit d'une traite et en apnée. Leila Slimani a le don de se fondre dans les personnages en perdition et de nous les rendre proches. Comme dans "Chanson Douce", on assiste (avec empathie pour moi aussi, sans jugement non plus) à la spirale qui entraîne ici, Adèle, dans la folie. Sa nymphomanie la dévore et dévaste sa vie. J'ai été sonnée, bluffée, admirative.
Pour ce qui est de son origine marocaine qui aurait pu entraver le large succès de ce roman osé au delà de nos frontières, Leila Slimani a expliqué à La Grande Libraire, que le fait qu'Adèle soit une occidentale a rendu possible cet accueil...
Merci pour ta critique de "Chanson douce" d'abord qui m'aura donné, plus que l'émission, envie de la lire ; puis, de connaitre son premier.
Inès