Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Critiques de nénettes on net
  • Critiques de nénettes on net
  • : Bienvenue à toutes les nénettes passionnées de bouquins
  • Contact

Codes des nénettes

Cotes d'amour :
¤ Pas du tout, * Peu
** Bien *** Beaucoup,
**** Énormément, ***** Passionnément


RECHERCHE : ENTREZ UN MOT-CLE (auteur, titre...) 

         

Bienvenue chez les Nénettes

 

    images-copie-1   

Bonne visite du blog

 

 

Merci de donner votre avis en cliquant sur écrire un commentaire. Nous serons ravies d'échanger avec vous. 

25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 20:00
DÉCEPTION pour ces Aimants que j'ai peu aimés !

Au milieu du choeur des louanges des critiques qui ont encensé ce livre, ma voix risque de paraître discordante et le doute m'assaille... Serais-je passée à côté d'un chef d'oeuvre sans m'en apercevoir ? Surtout, si vous le lisez, dites-moi ce que vous avez ressenti et si vous avez ressenti une émotion ... parce que moi pas !

S'il entre dans notre catégorie "roman d'un soir", c'est qu'en à peine deux heures, j'en avais fini avec ce roman qui m'attirait pourtant (oui, le jeu de mot est facile) avec son titre prometteur ! Émue par l'article d'un critique bouleversé (au style aussi flamboyant que celui de Jean-Marc Parisis est "épuré" sic) maman me l'a offert et je l'ai ouvert avec envie ...

En 100 pages et des phrases courtes qui se veulent très souvent profondes, le narrateur raconte son histoire d'amour pour Ava ... Ils se rencontrent, s'aiment, puis n'éprouvant plus de désir passent à l'amitié... oui, mais quand même, il l'aime puisque sa mort lui est insupportable ! Dieu sait que la mort, l'absence et le chemin qui reste à parcourir sans ceux qui nous manquent sont des thèmes douloureux pour moi... mais là, je suis restée totalement hermétique.

Une phrase que j'ai aimée page 39 : " Souvent, quand on aime, on a beau étreindre l'autre, lui parler toujours, il vous manque encore." Tout de suite gâchée par cette autre d'un égocentrisme ridicule page 40 : "...je la surprenais en pagne [...] brunie comme un caramel. Elle avait besoin de se confier à un astre. Mes rayons étaient intermittents" !!!

Inès-Marie

(c) Une critique littéraire indépendante des "nénettes-on-net"


Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 22:46
Et qui pourra me dire à quoi bon survivre en pleine apocalypse? ****

Voilà plus d'un an que j'ai lu ce livre et souvent en couchant les filles, une image m'apparaît et je me serre plus fort contre elles.

Cette route est dure. On y vit le pire et le meilleur de l'humanité et des conditions climatiques. On a froid dans le dos mais la relation père-fils nous réchauffe le coeur.

C'est sobre, court et efficace. Le scénario est dépouillé mais nos sens sont en éveil...

Caro



Un livre sobre, glaçant et magnifique *****


Tout à fait d'accord avec toi, un livre fort et inoubliable...Autour d'une histoire qui n'est pas nouvelle (une sorte d'apocalypse, dont on ne connaît pas l'origine, un père et son petit garçon se retrouvent seuls sur les routes dévastées et tentent de survivre), on est happé par histoire racontée sur un rythme à la fois simple et oppressant. Ce qui m'a frappée c'est surtout le style épuré et un choix incroyablement précis des mots pour qualifier les situations et les sentiments. C'est un livre qui m'a hantée bien après que je lai refermé, à ma grande surprise... Et en tant que parent, c'est sûr qu'on le lit avec un autre regard... (et si je me retrouvais seule avec mon fils sur la même route ????)

Par contre, je ne l'aurais pas classé dans un la catégorie "Roman d'un soir", parce que ce n'est quand même pas si court, et surtout, comme c'est très âpre, je l'ai volontairement lu en plusieurs fois...

Et aussi, parce que Cormac Mc Carthy est un écrivain génial, si vous l'appréciez, essayez notamment "L'obscurité du dehors (description de la misère sociale en Amérique pour un frère et une soeur... très très dur mais très juste aussi) et bien sûr "No country for old men" qui a inspiré le film des frères Cohen.

Binh


(c) Des critiques littéraires indépendantes des "nénettes-on-net"
Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 13:30
Evocateur mais au final, rien qu'une assez banale histoire d'amitiés et d'amour de jeunesse

Pour ceux qui ont aimé les précédents livres de Yasmina Khadra (personnellement, mon préféré c'est "L'attentat"), autant dire tout de suite que celui-ci est loin d'être le meilleur...

ça commence pourtant sous de très beaux auspices avec la première partie, le départ d'une famile de paysans pour Oran, l'ambiance des quartiers pauvres (avec plein de personnages tès bien esquissés) et une évocation vivante de l'Algérie d'avant la guerre d'indépendance. On se laisse porter par l'histoire de ce jeune garçon qui change de milieu, et qui s'éloigne (finalement assez facilement) de sa famille...

Puis, on aborde les autres parties, beaucoup plus banales, avec un style très très décevant... les amitiés "viriles" de la jeunesse bourgeoise provinciale algérienne, avec ses pieds-noirs, ses riches, ses racistes, etc. les trahisons, les amours de jeunesse déçus, les caprices d'enfants un peu gâtés... On s'achemine très très lentement vers la fin, sans vraiment comprendre les revirements des uns et des autres. Bref, ça se termine, et on en a presque oublié le fond historique et l'indépendance!

Voilà, un livre qui se termine presque avec soulagement... une déception, quand on connaît l'immense talent de Yasmina Khadra pour évoquer la grande histoire et son lien avec les destins individuels...

Binh

(c) Une critique littéraire indépendante des "nénettes-on-net"
Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 21:11
Bouleversant... à se garder pour un grand moment de lecture pour soi...


C'est un livre au rythme de l'eau, avec des moments de source, d'autres de rivière ou de fleuve et quelques chutes rapides... avec un passage par une cascade, après lequel rien n'est plus pareil (1ère/2nde partie)... c'est une histoire magnifique, surprenante (et avec des surprises), racontée avec un style précis, incisif, très intime.
Beaucoup d'amour, d'espoir, et d'attention portée à l'Autre...

Ce livre m'a bouleversée, et je ne risque pas de l'oublier avant longtemps...et je garde encore en moi le souvenir de ces 2 femmes au destin magiquement entremêlé...

Juste comme souvent après avoir refermé la dernière page, le regret de l'avoir lu (et donc de ne pouvoir repasser par cette magie de découverte et de moment de lecture rare...)

Binh


Un joli conte qui nous emmène doucement  sur un très beau dénouement

C'est un livre sur l'amour. Mais très original ... Je ne peux pas en dire trop car l'histoire nous emmène doucement et nous  découvre un peu plus à chaque page les personnages.

J'ai apprécié la subtilité des sentiments et des rebondissements, la simplicité de l'écriture et des personnages.
C'est un doux roman sur la vieillesse, la mémoire et la tendresse. C'est aussi tragique mais la gracilité du livre permet d'échapper au pathétique et de sortir de cette histoire mélancolique.

Je mettrai en parrallèle de ce livre: La vie devant de Romain Gary et Le canapé rouge de Michèle Lesbre.

Caro

(c) Des critiques littéraires indépendantes des "nénettes-on-net"
Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 21:09
Merveilleux, un voyage avec les Indiens du Nord du Canada

Ce livre de nouvelles a été écrit en 2001, soit avant le grand roman (le premier) de Joseph Boyden : "Le chemin des âmes", qui a connu un grand succès dans le monde entier et que je ne peux que conseiller également.

On est donc dans des nouvelles, où l'on retrouve l'ambiance des réserves indiennes, et déjà l'écriture lyrique et magnifique de Joseph Boyden. TOut au long des nouvelles : des personnages, forts, tellement bien évoqués... et des histoires toujours passionnantes.

C'est parfois drôle, souvent triste, toujours très émouvant. Je n'avais pas retrouvé ce type de personnages et d'aventures depuis Jim Harrison (Dalva et consorts).

Si vous avez aimé le "Chemin des ames", vous pouvez y aller sans souci (vous vous retrouverez en terrain connu), et sinon, allez y quand même pour découvrir un grand écrivain.

Binh

(c) Une critique littéraire indépendante des "nénettes-on-net"
Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans nouvelles
commenter cet article
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 20:39
Troublant et particulier tout comme son héroïne !

Voilà un roman qui ne se lit pas avec légèreté mais dont les personnages et l'univers ont continué de m'habiter voire de me "hanter" longtemps après avoir tourné la dernière page ...

La fille sans qualités, c'est Ada, une adolescente extrêmement intelligente, troublante, et surtout incapable d'empathie qui va se lier à Alev, amoral et cruel, un autre élève de ce lycée privé de Bonn. Fascinée par cet autre qu'elle estime à sa hauteur, elle accepte de se liguer avec lui contre le professeur de sport et de littérature allemande, un réfugié polonais. Le trio  bascule alors dans un jeu pervers dont personne ne ressort indemne surtout pas le lecteur ! À moins qu'Ada, elle ...


La première phrase du livre : "Et si les arrières petits-enfants des nihilistes avaient déménagé depuis belle lurette, quittant la boutique de bondieuseries empoussiérées qui nous tient lieu de conception du monde ?"

Une citation extraite du livre : "Le sens de la vie, c'est ce qui reste quand on se débarasse de tout ce qui est absurde."

Inès-Marie

(c) Une critique littéraire indépendante des "nénettes-on-net"
Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 11:22
Un humour décapant, à lire quand on a le moral en bas des chaussettes...

Influencée par des commentaires très positifs, je me suis lancée dans ce roman suédois qui retrace l''aventure amoureuse improbable entre une bibliothécaire, citadine et un éléveur fermier, qui se sont rencontrés au cimetière qu'ils fréquentent chacun assidûment, l'un pour visiter son mari et l'autre sa mère.


Dépaysement complet, on est bien en Suède, avec des personnages assez délirants et un humour féroce et inhabituel, ça fait partie du voyage ! On retrouve des sentiments connus, mais décrits avec d'autres mots, ce qui nous fait voir les choses sous un angle original... On y trouve aussi une confrontation très juste entre une culture citadine et celle de la campagne, ainsi que les préjugés de chacune de ces cultures sur l'autre. Même si ça reste sûrement une histoire "du point de vue des filles", j'ai l'impression que les travers des 2 côtés sont très bien vus : la fille qui voudrait tant changer le garçon... mais le garçon qui a du mal à voir les choses autrement que de son propre point de vue!!!

L'alternance de narrateur à chaque chapitre est très bien faite, ce qui fait que l'on voit à la fois l'histoire se dérouler, et on perçoit aussi très bien les quiproquos (certains événements ne sont pas du tout compris de la même façon ! , ce qui donne des situations parfois cocasses, parfois plus désolantes ou regrettables.

Autre atout du roman : la fin est vraiment bien amenée, sans rebondissement majeur ou "fabriqué"... naturelle, comme dans la vraie vie. Enfin, j'ai été très touchée par l'histoire d'amour en arrière-plan de la meilleure amie de l'héroïne (qui est la maîtresse d'un homme). Histoire pathétique, très triste, malgré l'humour et le second degré. Un livre qui se lit vite et bien, et qui laisse de très bonne humeur... Vraiment très chouette!!!

Binh


(c) Une critique littéraire indépendante des "nénettes-on-net"
Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 23:36
Un style bien  familier, mais une histoire qui n'a pas pris cette fois ci..

On retrouve le style simple et l'ambiance de non dits déjà présents dans "le Secret". .. mais cette fois-ci ça ne prend pas.. on a du mal à entrer dans cette relation d'amitié, à la culpabilité énoncée dès le début ... ça paraît un peu artificiel, même si avec les "révélations" qui lèvent peu à peu le voile, et les explications médicales, cela prend un peu plus de réalité.

Non, vraiment, ce roman m'a, à vrai dire, ennuyée, je l'ai fini car c'est très court, mais sans vraiment m'y intéresser davantage. Dommage.

Binh


(c) Une critique littéraire indépendante des "nénettes-on-net"
Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 23:34
 
Un destin atypique, un autre angle de vue sur la collaboration, et ce, par un récit superbe

On en apprend toujours un peu plus sur l'Occupation ... je croyais retrouver le type d'histoire de "La mort est mon métier" de Robert MERLE (l'explication des actes horribles par le fait de n'être un maillon de la chaîne administrative) ... mais pas du tout !

Ce livre raconte le destin d'un jeune Français d'une vingtaine d'années, entré dans la collaboration, et qui a été intégré la GESTAPO. Son échelon "intermédiaire" et le fait qu'il soit à la tête d'une équipe sur plusieurs départements de France nous permettent d'entrevoir plein de détails et d'anecdotes de la vie quotidienne en France sous l'Occupation.


L'auteur décrit de manière originale et précise l'itinéraire de cet homme, la logique et la cohérence de son parcours, le rôle de sa mère, du hasard, qui l'amènent à des actes atroces... sans vraiment l'anticiper.

Attention, c'est une histoire vraie, car l'auteur a passé des années à dépouiller des archives pour retracer la vie hors-norme de cet homme et nous la raconter d'une manière vivante, dans un style virtuose, sans aucun temps mort. C'est passionnant, et ça reste un roman, et non pas un livre histoirique ou documentaire.

Intéressant aussi : cela ne s'arrête pas en 1945, mais bien après, mais je vous laisse le découvrir...

Binh


(c) Une critique littéraire indépendante des "nénettes-on-net"
Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 23:26
 
Facile, un peu surfait parfois, et aussi un peu ennuyeux.... jusqu'à la fin... inattendue.

Au milieu de des commentaires élogieux qui accompagnent souvent ce roman, je me sens un peu... sévère... J'ai commencé ce livre avec plein de bonnes intentions : j'allais passer un moment plein de tendresse, ça allait me faire penser à ma grand-mère etc.

Le livre commence en trombe, on est directement dans le vif du sujet, avec la grand-mère qui vient vivre à Paris avec sa petite-fille... et les ingrédients de l'histoire sont vite mis en place : la relation entre les 2, mais aussi la découverte de la vie de "grande lectrice" de la grand-mère (en cachette, car dans son milieu campagnard ça ne se fait pas de lire... c'est bien insistant, au cas où on ne l'aurait pas compris) qui va aider sa petite-fille à boucler son roman... , la vie de "Parisienne/journaliste.écrivain" de la petite fille (ses ennuis à la rédaction, ses relations avec les amis etc. le tout sur un style proche du "Marie-France" il faut bien le dire), et aussi l'inévitable histoire d'amour avec un Indien sublime et mystérieux...

Autant vous dire que je me suis vite ennuyée, les bons passages (la relation petite-fille/grand-mère) étant très vite délaissés au profit d'une description linéaire et ennuyeuse de leur vie parisienne.... le tout enrobé de bons sentiments...
J'ai un peu accéléré pour connaitre la fin, certes surprenante, mais qui arrive bien trop tard pour me séduire....
Une petite déception donc, la pause tendresse/vacances, étant bien vite devenue un petit pensum à terminer et à oublier
.

Binh

(c) Une critique littéraire indépendante des "nénettes-on-net"
Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article