Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Critiques de nénettes on net
  • Critiques de nénettes on net
  • : Bienvenue à toutes les nénettes passionnées de bouquins
  • Contact

Codes des nénettes

Cotes d'amour :
¤ Pas du tout, * Peu
** Bien *** Beaucoup,
**** Énormément, ***** Passionnément


RECHERCHE : ENTREZ UN MOT-CLE (auteur, titre...) 

         

Bienvenue chez les Nénettes

 

    images-copie-1   

Bonne visite du blog

 

 

Merci de donner votre avis en cliquant sur écrire un commentaire. Nous serons ravies d'échanger avec vous. 

21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 11:22
L'Enfant Océan**** de Jean-Claude Mourlevat

Le Petit Poucet dans une version moderne.

Un roman jeunesse plébiscité par mes élèves et par tous les adultes à qui j'en ai parlé.

L'auteur revisite le conte de Perrault. Yann, 10 ans est le souffre douleur de ses parents et entraîne ses six frères dans une fugue vers l'océan.

Des chapitres courts qui sont autant de témoignages des protagonistes de cette aventure et de ceux qui les croisent : chauffeur routier, assistante sociale, boulangère, ...

Dans un style familier, un cadre réaliste et socialement défavorisé, cette histoire vous touchera et permettra de partager avec vos enfants (dès la sixième) des discussions sur des thèmes sérieux.

Mes élèves ont aimé : les péripéties nombreuses, l'écriture, le personnage de Yann, la fin qui est belle et donne lieu à deux interprétations possibles. Eux, ont adopté la positive et je leur fais confiance !

Inès-Marie

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 14:35

 

Une ombre écrasée par le passé que le présent agrandira ...

9782266240062

Pourquoi ce vieil homme, Alfred Vigneux, offre-t-il à Adèle, son mari et leur fils Léo de bénéficier d'un grand appartement contre un dîner quotidien ?

Ses raisons prennent racine dans le passé de la France occupée quand l'amour perdait contre la lâcheté des uns et la haine des autres. Ce court roman appartient donc à la veine des récits de mémoire. Il nous rappelle que chaque destinée humaine est unique, précieuse et combien cette période causa de drames atroces.

Il nous apprend aussi quel était le sort des demi-juifs et le rôle des magasins Lévitan transformés en camp parisien. Là, en plein 10ème arrondissement, ils effectuaient le tri des objets volés aux leurs afin qu'ils soient envoyés à la population allemande.

Instructif et touchant, à lire pour ne pas oublier.

Inès-Marie

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 19:19

 

 

mobilier-n.pngJean-léger Truffaut (!) est responsable du Patrimoine,et passe son temps à se débattre avec des budgets dérisoires pour essayer de sauver les 170 cathédrales que compte notre beau pays. Une prise de tête de chaque jour, qui lui rend la vie intenable.

Un jour, une idée germe dans son esprit : pourquoi ne pas centrer les efforts d'entretien sur les cathédrales qui « valent le coup », et faire disparaître les autres ? 

Le tout est de trouver comment et qui, et JL va vite se retrouver embarqué dans un projet insensé..

Un petit roman drôle et cynique, dont le thème n'est, lui, pas si léger...

 

Dedel

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 19:15

 

 

toilettes.pngNous suivons les mésaventures de Jocelyn, bourgeoise new-yorkaise dont la vie bascule avec son divorce.

Elle qui n'a jamais rien fait de ses 10 doigts est condamnée à se prendre en main, à lutter contre l'adversité et à supporter l'indifférence ( quand ce n'est pas pire) de ses anciennes relations.

Elle s'observe avec cynisme et réalisme, attitude qui nous la rend attachante, et on embarque volontiers avec elle dans sa découverte du « vrai » monde.

 

Tout cela avec une contrainte importante : depuis son enfance, sur les conseils de sa grand-mère, elle ne peut se soulager que dans des toilettes immaculées.. !

Finalement, sa grand-mère avait raison, et c'est sa folie des «  clean wc » qui lui sauvera la mise...

 

Dedel

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 19:11

 

 

Un mini roman pour un maxi amusement !Ransome.png

 

Alan B, l'auteur de «  la reine des lectrices » nous décrit un couple typique d'anglais moyens, avec intèrieur cucul, petites habitudes et ennui accepté. Pourtant, cette belle harmonie explose le soir oú, de retour de l'opéra, ils retrouvent leur appartement vide, complètement vide.. !

Le temps que la police résolve le cas, leur vie va ête bouleversée, et Mrs Ransome va découvrir en elle des ressources et envies qu'elle n'avait jamais soupçonnées...

C'est frais, croustillant, rigolo, et piquant..comme un after-eight !!!

 

Dedel

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 18:43

 

sieste assasinée

 Petit roman , mais petit bijou aussi.

 

P.Delerm nous emmène sur les chemins des sensations et des    souvenirs de petites choses du quotidien, qui sont en fait celles qui façonnent la mémoire..

Il réussit le tour de force de faire appel à des moments que nous avons tous vécus, ou presque, et on se laisse bercer par ces petits «  morceaux de vie », entre une » rencontre à l'étranger » et le « cœur d'artichaut ».


A lire à petites gorgées ( de bière..!), pour se faire plaisir, et laisser tomber le livre en révassant à nos propres souvenirs.

 

Dedel

 

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 14:48

Original et émouvant  images-copie-2

 

Claire, une adolescente de quinze ans vit avec sa mère. Celle-ci étant très prise par son travail, elles échangent par petits mots aimantés sur le réfrigérateur. Jusqu'au jour où la maman tombe malade.

 

"Ne t'inquiète pas pour moi" appartient à la littérature jeunesse -pour grands adolescents- C'est un premier roman très réussi.

 

D'abord, par l'originalité de sa forme : des post-it qui vont à l'essentiel et sont ancrés dans le quotidien. Comme toute adolescente, Claire y ronchonne un peu, réclame son argent de poche, et s'y confie. Entre listes de course et petits mots tendres, sa mère lui répond. Le lecteur partage la vie des deux héroines et se reconnait aisément dans l'une ou l'autre, selon son âge.

 

La lecture est rapide, facile et agéable. Elle devient intense quand survient la maladie et que les échanges vont s'ancrer dans une autre réalité, celle du combat contre le cancer.

 

Très apprécié et emprunté par les élèves de mon collège, c'est "un livre comme un trésor qui chuchote à l'oreille l'importance de ceux qu'on aime..." Pour ma part, je l'ai beaucoup aimé et refermé très émue.

 

 

Inès-Marie

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 16:36

6h41-avis.jpg    

Un homme et une femme se croisent dans le train… ils se sont connus dans leur jeunesse, quelques vingt ans auparavant, leur romance n’a pas fait long feu et s’est plutôt mal finie… sans que l’on sache pourquoi ni comment.. Depuis, la vie a suivi son cours, avec son lot de réussites, d’échecs, de surprises et d’accomplissements…

Chacun, tout en faisant mine de ne pas se reconnaître, se retrouve, quasiment malgré lui, plongé dans ses souvenirs, et confronté à l’image de l’autre d’aujourd’hui, marque tangible du temps qui a passé...

Vont-ils repartir sans se reparler ? qui ferait le premier pas ? et pourquoi ?

 

A partir d’un pitch plutôt séduisant, où chaque lecteur peut s’identifier sans peine, ce petit roman nous prend par surprise : après un démarrage un peu lent qui laisse pointer un léger ennui, l’introspection alternée de l’homme et de la femme, face à leur existence qui a pris des formes pas toujours attendues,  nous touche et nous concerne.

Finalement, cette histoire met bien le doigt sur le fait que dans la vie, rien n’est évident, rien n’est banal : dans ce wagon où les 2 protagonistes s’observent sans en avoir l’air, on perçoit le poids des années mais aussi, et c’est là toute la magie de la chose,  la fragilité du moment, de l’humeur, qui peut tout faire basculer.

 

Jusqu’au dénouement, la narration servie par un style précis , simple et sans prétention, nous laisse en attente, ce qui est déjà surprenant et agréable.

Un très bon moment de lecture d'un soir.

   

Binh

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 12:09

Quel style !9782330010560.jpg

 

Laurent Gaudé, c'est d'abord un style, une vraie plume qui s'adapte à l'univers choisi pour son récit.

Rappelez-vous le début du "Soleil des Scorta", les mots transpiraient de chaleur, les pages étaient plombées par la fournaise et je me souviens encore du bruit des cailloux sour les sabots de l'âne...

Et bien avec "Ouragan", l'auteur fait aussi fort : c'est l'accent et la voix assurée de Joséphine Lincoln "négresse depuis presque cent ans,"  le souffle de la tempête, l'odeur de la peur, la puanteur du bayou et du racisme ...

 

La plupart des habitants ont fui La Nouvelle Orléans à l'annonce de l'ouragan, restent les pauvres, les noirs (pléonasme) et les personnages de cette histoire dont on va suivre la traversée de ces heures infernales. Il y a Joséphine, Keanu (qui fait le chemin à l'envers pour retrouver Rose), des prisonniers oubliés dans leur cellule, un prêtre taré. Ils sont une dizaine dont on partage les heures exceptionnelles, les sentiments et les pensées les plus intimes.

 

Voici un extrait de la voix de Joséphine Linc. Steelson :  "... il fut un  temps où j'étais enfant et malgré les années qui ont passé, malgré ma silhouette de vieil arbre qui se voûte, je peux encore me souvenir de ma mère, Maddy Steelson. Son visage humble portait au coin des yeux, les traces de la pauvreté. Elle disait, je me souviens, elle disait : "La femme fermera les yeux de son mari et le mettra en terre. C'est ce que le Seigneur a voulu car il use plus vite les hommes. Puis, lorsque ce sera au tour de la femme de mourir, elle pourra compter sur ses enfants pour lui fermer les yeux. C'est ainsi et maudit soit tout le reste !" [...] Mais le monde est cassé Maddy. Les choses ne sont plus comme avant et je n'ai pas eu ta chance. Ils ont tué Marley, une nuit d'avril. Je n'étais pas là. Personne ne lui a fermé les yeux. Il est mort au milieu des racines et des écrevisses, dans la puanteur des marais, seul. Le monde de Maddy Steelson est mort. Mes enfants ne me fermeront pas les yeux. J'ai enterré tous ceux que j'aimais."

 

Un récit fort qui va crescendo et cette fois, Laurent Gaudé garde le rythme jusqu'à la fin. Je vous le conseille vivement !

 

Inès-Marie

 

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 15:20

ISOn a tous en nous quelque chose de...

 

Un roman, certes, très chouchouté par la critique à sa sortie lors de la dernière rentrée littéraire, mais qui laisse un peu sur sa faim.

La crise de la quarantaine sur fond de crise économique y est traitée pour la énième fois. Le message est le suivant: notre société dite "de consommation" tue le désir, très tôt dans notre vie, en ce sens que l'on désire tout et qu'il se diffracte en des milliers de petites choses à acheter.

Là dedans, le héros, Antoine, après avoir été quitté par sa compagne, quitte son travail parce qu'il ne sait plus lutter. L'entreprise (avatar d'Arcelor Mittal Montataire) veut délocaliser au Brésil, il préfère ne pas attendre la chute.

Ainsi dans cette prose qui rappelle Galvalda et Calogero (nos guerres quotidiennes valent aussi la peine mais on ne les voit pas...), Antoine va entrer en insurrection stimulé par un vieil ami mais seul et contre lui même, pour se reconstruire. Il décide alors de partir pour Monlevade au Brésil où son entreprise a décidé de délocaliser.

A mesure que le personnage s'imprègne de ce pays le roman connaît une nouvelle respiration. Chacun peut donc y trouver tout de même un message à portée de sa conscience surtout si on est quadra et qu'on a eu à en découdre avec le "système". 

 

 

Sabine-Isabelle                    

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman d'un soir
commenter cet article