Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Critiques de nénettes on net
  • Critiques de nénettes on net
  • : Bienvenue à toutes les nénettes passionnées de bouquins
  • Contact

Codes des nénettes

Cotes d'amour :
¤ Pas du tout, * Peu
** Bien *** Beaucoup,
**** Énormément, ***** Passionnément


RECHERCHE : ENTREZ UN MOT-CLE (auteur, titre...) 

         

Bienvenue chez les Nénettes

 

    images-copie-1   

Bonne visite du blog

 

 

Merci de donner votre avis en cliquant sur écrire un commentaire. Nous serons ravies d'échanger avec vous. 

23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 15:17
L'amour aux temps du choléra****de Gabriel Garcia Marquez

Cinquante trois ans, sept mois et onze jours...

C'est le temps qu'aura mis Florentino Ariza pour conquérir définitivement Fermina Daza et la faire sienne les onze dernières nuits.

On a tout dit sur Gabriel Garcia Marquez, disparu il y a un an, et on a beaucoup qualifié ce roman d'être le pendant de Cent ans de Solitude. Certes, comme ce dernier, L'amour aux temps du choléra ne peut se soumettre au schéma narratif pas plus qu'au résumé.

Qu'écrire alors? Tout d'abord, que le style de G. Marquez n'a pas vraiment d'équivalent en littérature et que pour l'aimer, il faut aimer l'épopée.

Ensuite, qu'ici, encore plus que dans ses autres romans, l'auteur va chercher à définir l'essence même de l'amour, lui opposer le désir, lui opposer le besoin, le soumettre à l'épreuve du temps et aux vicissitudes de la multitude de personnages qui peuplent le roman. Et miracle, au fil de la lecture se dessine dans notre esprit la forme du véritable amour. On veut réellement y croire et c'est toute la magie de ce roman et de son énigmatique titre ;)

"De sorte qu'il était raisonnable de penser que la femme qu'il aimait le plus au monde, qu'il avait attendue d'un siècle à l'autre sans un soupir de désenchantement, aurait à peine le temps de le prendre par le bras au détour d'une rue parsemée de tombeaux lunaire et de parterres de coquelicots brassés par le vent, pour, de l'autre côté l'aider à atteindre sain et sauf, le trottoir de la mort."

Isabelle-Sabine

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 14:16
Ce qui reste de nos vies****de Zeruya Shalev

Un état de la "terre promise", de la famille, du couple...

Ce qui reste de nos vies est un roman polyphonique où chaque membre d'une même famille est arrivé à un moment charnière de sa vie.

Hemda, l'aïeule veuve depuis longtemps, se meurt. Alitée et inconsciente la plupart du temps, elle laisse son esprit régresser progressivement jusqu'à sa prime enfance, avant la fondation de l'état d'Israël. C'est l'époque des pionniers et des premiers kibboutz. Séparée par la collectivité, comme le veut la règle, d'une proximité maternelle, Hemda s'attache à un lac magique situé non loin de la "maison des enfants" qui sera progressivement asséché pour les besoins des plantations. Dans son immobilité de fin de vie, Hemda laisse son cerveau se remplir des eaux magiques, aujourd'hui disparues, dans lesquelles elle plonge pour retrouver les traces de son passé et par la même du passé contesté de son pays. Cette corrélation lui permet aussi de revisiter les rapports qu'elle a entretenus avec ses deux enfants aujourd'hui quadragénaires.

Avner, fils adulé, est un avocat de gauche qui défend les Bédouins et les Palestiniens (c'est la figure politique du roman). Il est piégé dans un mariage qui décline mais qu'il supporte pour l'amour de ses deux fils et...par devoir. Un jour, qu'il est au chevet d'Hemda, à l'hôpital, il croise la route d'un couple dont l'homme vit sa dernière journée. L'amour qu'il sent entre ces deux êtres sur le point de se perdre bouleverse tellement Avner qu'il comprend que le sens qu'il devra dorénavant donner à sa vie sera de retrouver la femme afin de découvrir ce qui lui a échappé toute sa vie. Commence alors sa quête.

Dina, fille incomprise, est également arrivée à l'heure des choix professionnels et familiaux: une thèse à terminer, une fille qu'elle doit laisser partir pour son épanouissement personnel, le début de la ménopause... (elle symbolise la modernité du pays). Le couple qu'elle forme avec Amos, célèbre photo-reporter, n'est pas brillant non plus et elle se persuade que l'adoption d'un enfant serait la condition au renouvellement de la source d'amour et d'énergie qui se tarit. Malheureusement Amos et leur fille lui opposent un refus catégorique. Commence alors une autre quête.

Et, pendant qu'Avner et Dina se confient leurs désillusions au chevet de leur mère, celle-ci, dont l'esprit remonte parfois à la surface des eaux du souvenir, les écoute et laisse de temps à autre, échapper une phrase fulgurante pour les aider à savoir quel chemin parcourir pour "ce qui reste de leur vie"...

Isabelle-Sabine

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 15:26
Chronique d'été : Les Suprêmes et La fille du train****
Chronique d'été : Les Suprêmes et La fille du train****

De mes lectures de cet été 2015, je retiens deux romans que je vous conseille avant la rentrée :

Les Suprêmes**** d'Edward Kelsey Moore

L'histoire de trois quinquagénaires afro-américaines liées par une amitié indéfectible depuis les années 60 qui vivent en Indiana : Odette, la narratrice, parle aux fantômes ; Candice pianiste a un mari volage et la belle Barbara-Jean. Chaque dimanche après l'église, elles se retrouvent au restaurant chez Earl. Un roman qui mêle habilement l'histoire de l'Amérique (la ségrégation et les années hippies...) à celle de ses personnages dont on découvre au fur et à mesure le passé, les peines et les bonheurs. Les sentiments sont finement décrits sans oublier l'humour et une fin émouvante. Des héroïnes que l'on quitte à regret !

Pour ce premier roman, le violoncelliste de Chicago Edward Kelsey Moore s'est inspiré des femmes de sa famille. Traduit de l'américain par C. Traki, il mériterait d'être adapté au cinéma.

La fille du train **** de Paula Hawkins

Chaque jour, Rachel quitte sa banlieue pour Londres en empruntant le train de 8h04 et rentre par celui de 17h56. Et chaque jour, celui-ci s'arrête devant deux maisons. L'une, elle la connaît pour y avoir vécu avec Tom avant qu'il ne la quitte ; l'autre, elle s'y attache imaginant une vie heureuse au couple qui l'occupe. Mais quand la jeune femme disparaît, elle décide de quitter son rôle de spectatrice pour devenir actrice de l'enquête. Bien mené tel un journal intime alternant les confidences et récits de Rachel, d'Anna (sa rivale) et de Megan (la disparue), ce thriller psychologique est addictif. Même si j'en avais pressenti la fin, je l'ai dévoré jusqu'au bout, appréciant les personnalités fragiles de Rachel et de Megan.

Des auteurs tels que Stephen King ou Laura Kasischke ont aussi été conquis par ce premier roman.

Traduit de l'anglais par C Daniellot, il va être adapté au cinéma par Spielberg.

Inès-Marie

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 16:45
La Cigale du huitième jour*** de Mitsuyo Kakuta

Une jeune femme, Kiwako, abandonnée par son amant marié pénètre chez celui-ci et emporte sans préméditation le bébé qui y dormait. Cette enfant qu'elle aurait pu avoir, elle va la faire sienne. Dès lors leur vie à toutes deux sera une fuite à travers l'Archipel japonais.

Où qu'elles se réfugient, Kiwako parvient à créer un cocon protecteur pour la petite et à tisser des liens d'amour maternel d'une grande douceur avec Kaoru.

Ce roman est prenant comme un road movie et dépaysant grâce à la qualité de son écriture qui nous transporte de Tokyo à l'île de Shodo ; d'une secte aux rives de la mer de Seto où rien ne se reflète. Un voyage dans les odeurs, mœurs et paysages du Japon.

Construite en deux parties : le récit par Kiwako de la cavale ; puis celui de Kaoru des années plus tard, "La Cigale du huitième jour" est d'une grande poésie à l'image de son titre métaphore et se lit dans l'empathie pour ses héroïnes.

Beau et riche en réflexions sur l'amour maternel et la filiation, la vie et le pardon.

Inès-Marie

Traduit du japonais par Isabelle Sakaï (Actes Sud, 2014) ce roman a connu au Japon un immense succès et a été adapté au cinéma.

Mitsuyo Kakuta est lauréate de nombreux prix dont le prestigieux Prix Naoki pour "Celle de l'autre rive". Egalement paru en français : "La Maison dans l'arbre".

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 20:24
A moi pour toujours*** de Laura Kasischke

"En ouvrant la porte pour sortir ce matin, je découvris une écharpe de sang, gisant dans l'allée enneigée. Comme un mauvais présage, comme une menace, ou encore un sinistre souhait de Saint-Valentin."

Après "esprit d'hiver" et "la couronne verte", la première phrase me plonge dans mon troisième roman de L. Kasischke !

Sherry découvre le jour de la Saint Valentin dans son casier de l'université où elle enseigne un petit mot : "Sois à moi pour toujours". Un peu de surprise dans son existence un peu morne et rangée, 20 ans de mariage avec un homme sans histoire, un unique fils parti étudier loin du "nid", une "meilleure amie" sans complaisance, un ex ami d'enfance de son fils. Intriguée, flattée de cette attention et de ces messages devenus réguliers, Sherry veut en savoir plus, au risque de fragiliser (voire de détruire) son "bel" équilibre.

L'intrigue et le décor étant plantés, il n'y a plus qu'à savourer ce roman où le double (et trouble) jeu des personnages, les non dits, le suspense et la tension sont présents en un savant mélange dont l'auteure a le secret et qu'elle sait si bien manier.

En un mot : prenant !

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 10:12
Miniaturiste**** de Jessie Burton

Tout ce qu'on aime dans un roman!

Nella Oortman, dix-huit ans épouse un riche marchand d'âge mûr et s'installe dans sa demeure à Amsterdam. Là, vivent Johannes Brandt, sa sœur Marin, Otto un serviteur noir et Cornelia la domestique très attachée à la famille.

Son mari lui offre une maison de poupée, exacte reproduction de son nouveau foyer. Nella fait alors appel à une miniaturiste pour la décorer. Mais bientôt, elle reçoit miniatures et figurines qu'elle n'a pas commandées et qui semblent connaitre les secrets et l'avenir de la maisonnée.

La distance de son époux, la froideur de sa belle-soeur, tout a une raison d'être. C'est ce que l'héroïne découvre au fil des événements. Ceux-ci frappant de plus en plus durement. Avec intelligence et bonté, Nella les affronte faisant preuve d'une modernité qui n'a d'égale que la rigueur de cette société hollandaise du dix-septième siècle compassée dans le protestantisme et dominée par le pouvoir des guildes.

Jessie Burton dont c'est le premier roman, s'est inspirée d'une maison de poupée de cette époque exposée au Rijksmuseum. L'histoire qu'elle a imaginée est à la fois originale et très bien écrite : un véritable souffle romanesque habite ce livre et ses descriptions sont remarquables. Dès les premières pages, nous sommes dans l'église avec Nella et cette écriture visuelle et sensible ne se démentira pas jusqu'à la fin.

Les critiques ont d'ailleurs comparé ce roman à "La jeune fille à la perle" de Tracy Chevalier.

Un voyage dans le temps, un véritable attachement aux personnages. Une belle lecture que je vous recommande.

Inès-Marie

Traduit de l'anglais par Dominique Letellier.

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 16:45
Le village de l'Allemand**** ou le journal des frères Schiller de Boualem Sansal

Rachel et Malrich sont deux frères nés « au bled », naturalisés français depuis des années. Leurs parents, mère Algérienne et père Allemand, sont restés en Algérie.

Après le suicide de Rachel, Malrich « hérite » du journal de son frère, et apprend le massacre par le GIA d'une partie de la population d'Aïn Deb ainsi que le passé de leur père pendant la Seconde Guerre Mondiale, et son rôle actif dans l'extermination de masse.

« Sommes-nous comptables des crimes de nos pères... ?»

Rachel vit une descente aux enfers dans sa quête de ce que fut l'histoire de son père à travers la Shoah, et s'estime responsable et coupable d'être le fils de Hans Schiller, officier SS.

Malrich lui aussi a une véritable prise de conscience, vivant dans une banlieue où l'Imam est tout puissant (il a failli partir faire le djihad) et fait le parallèle entre l'islamisme radical et le nazisme.

Le tout appuyé par la réflexion de Primo Levi dans « Si c'est un homme ».

Un roman basé sur une histoire authentique, très bien construit avec les journaux des deux frères qui se croisent.

J'espère vous avoir donné envie de lire cette belle et cruelle histoire, malheureusement d'actualité!

«À ce train, dit un personnage,parce que nos parents sont trop pieux et nos gamins trop naïfs, la cité sera bientôt une république islamique parfaitement constituée. Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles.»

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 18:09
Edité également chez Pocket

Edité également chez Pocket

En 1985, à New York, Greta vient de perdre son frère jumeau. Fragilisée par ce deuil et par la rupture avec Nathan (qu'elle n'a pas su retenir), elle entreprend un traitement par électrochoc qui la fait "voyager" à travers plusieurs époques : 1918 et la fin de la 1ère Guerre Mondiale, 1941 et les prémices de la seconde Guerre Mondiale (le bombardement d'Hiroshima), puis 1985, ainsi de suite jusqu'à la dernière séance, puis ...

A travers ces époques (et les modes de vies, la place des femmes dans ces sociétés si proches de nous et pourtant...), c'est l'occasion pour elle de retrouver celles et ceux qui font son monde "réel" et qu'elle aime: son frère, son amant, sa fidèle tante Ruth qui partage son secret.

Une belle histoire d'amour à travers les âges, qui se traîne à mon avis un peu trop en "langueur", volonté certes de l'auteur, mais qui aurait mérité un peu plus de dynamisme.

De très jolis moments de lecture cependant, grâce (pour moi) à Ruth en observatrice avisée.

"Vous êtes toutes pareilles, les Greta. Vous essayez d'améliorer la situation, quoi qu'il vous en coûte. (......) On a tous quelqu'un qu'on veut sauver du naufrage, n'est ce pas ?"

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 14:03

Un drame cornélien indénouable et plutôt palpitant !61fJFwA6nYL.jpg

 

Tom, rescapé de la 1ère Guerre, rentre en Australie, et trouve un emploi de gardien de phare aux confins du pays, bientôt rejoint pas une toute jeune épousée. Leur vie frugale mais sereine et heureuse, est contrariée par des échecs successifs pour avoir un enfant. Un jour, un canot s'échoue sur la plage, avec, à son bord, le cadavre d'un homme ainsi qu'un bébé sain et sauf...

      Difficile de rester insensible à ce roman  australien d'un classicisme structuré et rassurant. Tout y est pour vous émouvoir mais au bon sens du terme : les personnages malmenés par la vie, un microcosme du bout du monde (l'Australie du début du XXème siècle, une île déserte et son phare) et une situation dramatique, cornélienne (un bébé retrouvé, la force de l'amour parental...).

      Le contexte est formidablement bien raconté : l'hommage à l'Australie qui a donné ses hommes, presque enfants, à une guerre lointaine (la 1ère guerre mondiale) et les a perdus, soit parce qu'ils y sont morts soit parce qu'ils en sont revenus "autres", et la dure vie de gardien de phare, racontée avec force de détails, passionnants et jamais banals.

      La complexité de la situation permet de maintenir un suspense jusqu'à la fin, puisqu'il existe tellement de possibilités. J'ai beaucoup aimé la justesse de la description des sentiments, extrêmes mais toujours mouvants et nuancés, et du coup, très réalistes. Ainsi, peut-on selon les moments, éprouver de l'empathie pour les et uns pour les autres, chacun ayant ses raisons d'agir ; la force de la narratrice étant de ne pas juger ses personnages. 

      L'ensemble est très bien rythmé, jusqu'au final  que l'on devine poignant, quel qu'il soit, et qui pourra tirer quelques larmes aux âmes sensibles (dont je suis, je l'avoue).

On imagine sans peine que cette histoire fera le bonheur d'un cinéaste, de par la force de l'histoire et la singularité  des lieux évoqués.

      Un roman populaire (des millions de ventes dans le monde) dans lequel je me suis laissé porter avec un très grand plaisir.

Binh

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 15:54

Un livre plein de sensibilité et d'émotion

9782264052698

 

Amérique d'aujourd'hui. Un jeune adolescent vit seul avec sa mère dépressive. Lors du week-end du Labor Day, un évadé de prison croise leur route. Et va bouleverser leur existence...

 

Ce livre commence sur les chapeaux de roue, on n'a à peine de le temps de faire connaissance avec Henry et sa mère...  que c'est déjà parti !

C'est au fur et à mesure, que les pièces du décor vont nous être présentées : comment et pourquoi Adèle vit-elle retirée du monde? quelles relations entretient Henry avec son père et sa nouvelle famille? Comment Franck s'est-il évadé et, surtout, pourquoi purgeait-il une si longue peine?

Ici, pas de surprise sortie de derrière les fagots, pas de suspense haletant, pas de secret de famille à éventer, juste la vie et les surprises qu'elle nous réserve, avec ses joies immenses et ses drames incontournables.

C'est avec simplicité et délicatesse que ce livre traite de vies dévastées, de sombres désespérances, d'émois adolescents.

Le monde vu avec les yeux, encore innocents d'un jeune ado :  on croit qu'on a compris... mais on est peut-être trop petit pour ça...

J'ai été extrêmement touchée par l'histoire, évoquée par bribes, de cette jeune femme, encore belle, mais presque battue par les méandres d'une existence décevante qui lui a beaucoup pris. Touchée aussi par l'amour inconditionnel que lui porte en retour son fils, qui supporte une vie bizarre, erratique, pour aider sa mère à maintenir la tête hors de l'eau. Ainsi, leur vie recluse,  peut paraître un peu branque, vu de l'extérieur, mais, plongés dans leur intimité... on les comprendrait presque...

J'ai énormément aimé ce roman, qui m'a happé dans ce huis-clos impromptu, parfois drôle, parfois tragique, toujours émouvant.

J'ajoute que les dernières lignes sont tout simplement magnifiques et poignantes. On ne peut s'empêcher de les relire, pour leur beauté et pour vraiment y croire.

 Binh

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article