Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Critiques de nénettes on net
  • Critiques de nénettes on net
  • : Bienvenue à toutes les nénettes passionnées de bouquins
  • Contact

Codes des nénettes

Cotes d'amour :
¤ Pas du tout, * Peu
** Bien *** Beaucoup,
**** Énormément, ***** Passionnément


RECHERCHE : ENTREZ UN MOT-CLE (auteur, titre...) 

         

Bienvenue chez les Nénettes

 

    images-copie-1   

Bonne visite du blog

 

 

Merci de donner votre avis en cliquant sur écrire un commentaire. Nous serons ravies d'échanger avec vous. 

30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 12:42
 BILQISS *** de Saphia Azzeddine
Un roman féministe et tellement d’actualité !

Bilqiss est jugée en audience publique dans un pays islamique, pour être montée en haut du minaret en interprétant à sa manière l’appel à la prière.

On comprend très vite que son crime est d’être une femme forte, veuve et libre dont cette société ne sait que faire.

Alternant leurs points de vue, ce roman raconte la relation qui se créé entre Bilqiss, le juge, et une jeune journaliste américaine venue assister au procès.

Saphia Azzedine a pris le parti d’une écriture simple et vivante sans oublier l’humour.

Par la voix de son héroïne, ce roman dénonce, au travers des scènes très réussies du procès, l’absurdité d’une société où la religion est interprétée par des hommes bestiaux, incohérents et cruels. Au contraire de Bilqiss profondément croyante qui connait bien les textes sacrés du Coran et les interprète avec l’intelligence du coeur.

Quant à son visage, nous l’avons assimilé à ce portrait qui a fait le tour de monde dans les années 2000 : celui d’une très jeune femme aux yeux perses et dissimulés sous un foulard rouge.

Ce roman, résolument féministe, raconte les destinées d’autres femmes victimes des interdictions insensées, des représailles iniques. La vie dans l’intimité de leur maison peut se révéler différente de celle à l’extérieur. Quelques hommes donnent un peu d’espoir notamment ce père qui laisse ses enfants se baigner ensemble dans son patio : « Si mes fils ont chaud, mes filles ont chaud aussi. » Mais désespérante est la résignation face au châtiment qui attend Bilqiss !

Au contraire du livre qui manque parfois de subtilité, les nombreux personnages ne sont pas manichéens : le juge est un bourreau mais il a des sentiments pour Bilqiss, la femme du juge est soumise mais règne dans sa cuisine, Bilqiss est une forte tête, intelligente mais manipule ses interlocuteurs… Quant à la journaliste, pur produit de la société américaine, elle est certes pétrie de bonnes intentions mais aussi la plus ouverte et prête à comprendre les autres.

Si certains personnages nous ont indéniablement touchées comme Bilqiss dans son entièreté et son entêtement, fidèle à ce qu’elle croit, dusse-t-elle en mourir ou la première femme du juge, érudite à la destinée tragique ; en revanche, celui de la journaliste nous a paru mal amené par l’auteure, contribuant même pour certaines nénettes à brouiller le discours.

Trois d'entre nous ont tout particulèrement aimé ce livre parce qu’il donne sa voix aux femmes victimes des lois fondamentalistes. Les autres ont pu regretter son aspect trop démonstratif. Peut-être les personnages auraient-ils gagné à être creusés davantage… Aussi, il reste une légère impression de superficialité. La fin nous a également partagées.

Nous étions toutes d’accord sur les passages qui nous ont marquées: la froide mécanique du choix des pierres avant la lapidation et lors du procès, la rhétorique vive et insolente de cette femme indisciplinée (on a envie de l’applaudir). Un bon livre, court qui se lit d’une traite.

Les Nénettes

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 00:03
Fleur de tonnerre** de Jean Teulé

Hélène, rebaptisée par sa mère "Fleur de tonnerre", est une petite fille intrépide qui grandit en basse Bretagne où règnent de nombreuses légendes, dont celles de l'Ankou, esprit maléfique annonciateur de mort. Au décès de sa mère (certainement empoisonnée à la Belladone par Hélène), la jeune fille est envoyée chez une tante loin de son village et devient domestique.

S'en suit une traversée de la Bretagne où Fleur de tonnerre, se croyant la réincarnation de l'Ankou et se faisant engager comme cuisinière, sème la mort avec ses soupes ou gâteaux à "la reusenic'h", sans distinction d'âge ou de rang social, et sans éveiller trop de soupçons (le choléra sévit alors, et ses symptômes sont quasi identiques de ceux de l'empoisonnement).

Jean Teulé nous narre ici l'histoire de Hélène Tégado, la "Brinvilliers bretonne", de sa naissance à son arrestation puis son exécution en 1852. Un récit terrible puisqu'on estime à soixante le nombre de ses victimes, mère, père, enfants, prêtres,.... sans remords apparents. C'est écrit sans noirceur superflue, avec même un trait d'humour (nous suivons en parallèle les péripéties de deux perruquiers normands assez grotesques).

Une lecture facile, plaisante même, la force de J. Teulé est de nous faire oublier que Fleur de tonnerre a existé !

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 19:31
Eldorado** de Laurent Gaudé

Le commandant Salvatore Piracci sillonne les mers pour sauver des clandestins voyageant sur des bateaux de fortune, victimes de passeurs sordides cherchant à se faire un maximum d'argent au mépris de la vie humaine. Après les avoir sauvés de la noyade il emmène ces hommes et ces femmes sur l'île de Lampedusa d'où ils seront renvoyés vers leurs pays d'origine au bout de quelques jours. Suite à un événement particulièrement marquant, le commandant se pose des questions sur le paradoxe de son rôle ; en sauvant des vies il les brise aussi en les privant de leur "Eldorado".

Une très belle histoire, tragique et malheureusement d'actualité, ............ mais sur le papier !

Rapidement des invraisemblances énormes apparaissent, auxquelles je n'ai pas adhéré.

Il me reste les paroles d'un inconnu rencontré sur le cimetière de Lampedusa :"Tout sera doux là-bas. Et la vie passera comme une caresse. L'Eldorado, ils l'avaient au fond des yeux, ils l'ont voulu jusqu'à ce que leur embarcation se retourne. En cela, ils ont été plus riches que vous et moi."

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 23:30
L'enfant de la neige*** de Henri Gougaud

Au XIIIème siècle, à Pamiers, en Languedoc, Jauffré, fils adoptif du prieur Aymar, revient au pays. Il retrouve Thomette, sa nourrice, et son frère de lait Alexis. Il a quitté une vie tracée pour lui par son "père" pour devenir troubadour.

Alors qu'il revisite les lieux de son enfance, il se trouve, par la découverte d'un manuscrit hérétique, au cœur d'une énigme où se mêlent le mystère de sa naissance et l'Inquisition (encore présente dans cette région Cathare), et les rôles qu'y jouèrent les personnes autour de lui, à commencer par l'abbé Aymar.

Une enquête envoûtante, inquiétante parfois en ces temps troublés du Moyen Âge, où les personnages révèlent peu à peu leurs vraies natures, leurs forces et leurs faiblesse.

Jauffré Le Trouvé trouvera (dans la douleur parfois) les réponses à ses questions. Il rencontrera aussi l'amour...

Une bien belle histoire, écrite comme un conte par H Gougaud, écrivain, mais aussi poète, "homme qui chante", et ...conteur.

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 19:46
Demain j'aurai vingt ans*** d'Alain Mabanckou

Michel est un petit garçon de 10 ans dans le Congo des années 1970, ce pays qui vit ses premières années d'indépendance sous la houlette de son charismatique chef marxiste, "l'immortel Marien Ngouabi".

Son père adoptif, papa Roger, partage sa vie entre maman Pauline qui n'a qu'un fils, Michel, et maman Martine qui, elle a cinq enfants. Il y a tonton René, un communiste qui chérit Engels et Marx mais qui possède tous les biens d'un "capitaliste", l'ami de toujours Lounès et sa sœur Caroline dont il est amoureux. D'autres personnages attachants et hauts en couleur font également partie du monde de Michel.

A travers des chapitres courts et le regard enfantin de Michel, nous assistons à ce que fut l'Histoire de cette période : le renversement du Chah d'Iran par L'Ayatollah Khomeyni, l'affaire des diamants de Bokassa, la fuite du président Idi Amin Dada,... Nous découvrons aussi la mentalité africaine, ses croyances, ses rites comme l'importance de la fertilité ou la normalité de la polygamie. Et nous partageons sa vie de tous les jours ponctuée par les jeux, les rires avec ses amis.

Un roman naïf, touchant et drôle, comme l'enfance ; instructif et grave comme la vie.

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 18:55
Les gens heureux lisent et boivent du café* d'Agnès Martin-Lugand

Un si joli titre !

Diane perd son mari et sa fille dans un accident de voiture. Elle part en Irlande ne supportant plus le vide de sa vie.

Et là, bien sûr ! Elle s'installe dans un charmant (et sauvage) cottage à côté de celui d'un (non moins sauvage) ténébreux voisin photographe.

Tout est téléphoné dans cette histoire digne d'un "bon Harlequin" ou d'un mauvais Gavalda. L'auteure a le don de gâcher les passages émouvants avec des maladresses à répétition : dialogues ineptes et descriptions plates. De même elle enchaîne les clichés quand elle ne verse pas dans les incohérences.

Seul avantage, il se lit vite sans efforts dans une gare ou sur la plage. La déception est d'autant plus grande que le titre et la couverture étaient prometteurs !

Eveline et Inès-Marie

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 14:02
Héloïse, ouille !** de Jean Teulé

Mythe, amour et obscénités.

Jean Teulé dont on connait le talent, se saisit du mythe d'Héloïse et Abélard façon porno moyenâgeux. Tout d'abord, on s'en amuse car le bougre sait y mettre de l'entrain et force expressions qui font sourire : "Il la hurtebille à la sauvage" ; "polissonne la bagasse, bélute la donzelle" et caetera ... Mais déjà on s'en lasse, car la chair est vite triste quand nuls mots d'amour ne l'accompagnent. Abélard, un vieux cochon ? Héloïse, une sacrée chaudasse ? Soit, mais il aurait fallu que "la amour" ne disparaisse pas totalement de ces pages pour qu'elles soient vraiment réussies.

Finalement, le mythe s'en trouve plus abîmé qu'enrichi et c'est la seconde partie -quand Abélard a perdu les siennes- qui m'a le plus intéressée.

En effet, pour peu qu'on aime le Moyen Âge et qu'on soit avide d'apprendre, ce roman est riche en enseignements. Tant sur la vie quotidienne que sur le parcours extraordinaire de ces deux amants. Lui, philosophe, orateur adulé de ses élèves et elle, aussi belle qu'intelligente et cultivée. Lui, moderne dans son analyse du christianisme et elle, dans son refus des conventions comme du mariage.

Pourtant, ils se marieront à la naissance de leur enfant, puis s'enfermeront dans une vie religieuse. Abélard exigeant (puisqu'il y est obligé) qu'elle en fasse autant. Héloïse sort d'ailleurs grandie de ce roman. Tout ce qu'elle accomplit jusqu'au sacrifice, elle le fait par amour de lui.

Quant à Jean Teulé, ses mots savent redevenir magnifiques pour décrire leur fin : "Aucune histoire d'amour ne touchera davantage la folie des amants, le cœur des amoureux. Elle se répandra dans toutes les étreintes, deviendra le chant populaire de ceux qui se tiennent par la main, la langue secrète qui se mêle à celles s'enlaçant en des baisers. Elle sera le cri sourd des solitaires, leur rumeur rêveuse qui plane au-dessus d'eux comme de l'espérance."

Inès-Marie

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 16:47
Pardonnable, impardonnable*** de Valérie Tong Cuong

Un accident de vélo et tout bascule...

Milo 12 ans fonce, il fait la course avec sa tante qui le garde et c'est la chute, le trauma crânien.

Alors qu'il lutte pour la vie, sa famille réunie à son chevet vole en éclats. Lino son père, Céleste sa mère, Jeanne sa grand-mère et Marguerite désignée comme coupable idéale. Si tous ont des raisons de lui en vouloir pour ce drame, chacun a aussi des raisons de s'en vouloir. Et au cours des cinq parties de ce récit : la colère, la haine, la vengeance, l'amertume et le pardon, ils vont régler leurs comptes avec le passé et entre eux.

L'auteure leur donne tour à tour la parole et d'aveux en révélations, la complexité de leurs relations s'éclaire ainsi que leur histoire personnelle. Pourquoi Lino se réfugie-t-il dans l'exigence et l'alcool ? Pourquoi Céleste n'est que bonté réparatrice ? Pourquoi Jeanne est-elle incapable d'aimer sa propre fille ? Pourquoi Marguerite ment-elle ?

L'amour qu'ils portent à Milo les oblige à casser le faux ciment qui les unissait et à cesser les faux-semblants.

" ... il faut se méfier de l'euphorie. Elle nous transporte loin des monstres qui nous hantent, loin des dangers qui guettent, si loin qu'on ne revient jamais les affronter. On se croit tiré d'affaire, passé à autre chose. On décrète les dossiers classés, tandis qu'ils nous consument lentement."

L'auteure décrit avec justesse la psychologie des personnages. Son écriture est fluide et efficace. Elle permet de s'identifier à eux ou tout au moins d'appréhender leur complexité. Pour ma part, j'ai été sensible à la relation entre Marguerite et son neveu Milo et par ce qui explique la fragilité de cette jeune femme.

Un roman qui se lit avec l'urgence de comprendre et l'envie de savoir.

Inès-Marie.

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 11:21
L'amour et les forêts**** d'Eric Reinhardt

Bénédicte Ombredanne écrit à l'auteur pour lui dire que son précédent livre a changé sa vie. Dérogeant à ses habitudes, celui-ci accepte de rencontrer une lectrice et devient le confident de sa détresse.

Professeur agrégée de lettres, mère d'une adolescente et d'un jeune garçon, elle subit un mari pervers qui l'humilie quotidiennement. Deux ans auparavant, elle s'est offert un après-midi de liberté amoureuse qui a marqué le début d'une descente aux enfers plus vertigineuse encore...

C'est le récit d'une femme qui se débat mais que la honte - comment avouer qu'on est victime de harcèlement ? - autant que son mari fou furieux entraînent dans une spirale d'isolement et d'égarement.

Le style d'Eric Reihnardt est dense (parfois trop) mais on lui pardonne dès qu'il se met en retrait. D'ailleurs, le lecteur n'a qu'un désir : saisir la main de Bénédicte et l'accompagner. Il se retrouve happé avec elle, broyé comme elle, emporté au fil des pages jusqu'aux dernières qui éclairent tout un pan de sa personnalité et vous laissent choqué, bouleversé, à terre.

"L'amour et les forêts" offre de belles pages sur l'écriture, quelques unes drôles et d'autres très crues. Mais surtout, il décrit avec justesse sans pathos la pire des violences.

Un roman qui devient sublime puisqu'il s'offre à la réalité pour la retranscrire dans toute sa fragilité et sa complexité.

Inès-Marie

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 09:13

Toujours autant d'aventures, mais le charme opère moins...

480772

J'ai été une fan absolue des deux 1ers romans de M. Guenassia (dont les critiques sont sur ce site), de véritables coups de coeurs littéraires, qui, pour moi, avaient su allier avec finesse les destins individuels dans la grande histoire, et cette période si spéciale de l'entrée dans le monde adulte, avec ses choix cornéliens...

Ce 3ème roman a eu bonne presse et c'est donc avec impatience et grand plaisir que je m'y suis attaquée... Et me suis retrouvée un tout petit peu déçue!
Certes, l'auteur a voulu se renouveler, et l'histoire se passe cette fois dans le monde d'aujourd'hui. Le héros navigue entre l'Inde et l'Angleterre... mais cette fois, le charme a moins opéré... tout paraît un peu moins abouti, moins subtil, et surtout j'ai été moins embarquée dans l'histoire.

Alors que les romans précédents faisaient vivre des aventures originales, nous emmenaient ailleurs, et nous faisaient croiser des personnages truculents, spéciaux, qu'ils soient attachants ou détestables, on est ici dans une quête personnelle plus linéaire.Alors que le héros, vit, c'est vrai des choses  assurément incroyables, tout nous est raconté de manière trop simple, le plus souvent au passé (les événements se sont déjà déroulé), les choses se passent sans que le héros n'ait réellement eu de prise dessus et son évolution psychologique est finalement peu lisible.
L'épisode du retour en Inde n'apporte pas grand chose, et le suspense de l'enquête menée révèle peu de surprises.
La fin arrive alors, avec ses révélations rapides, inévitables, voire "obligées", qui n'apportent plus grand chose.

 

C'est un livre qui se lit facilement, avec beaucoup de plaisir, mais sans la profondeur et la subtilité des opus précédents. A lire donc quand même mais avec peut-être moins d'attentes ?

 

Binh

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article