Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Critiques de nénettes on net
  • Critiques de nénettes on net
  • : Bienvenue à toutes les nénettes passionnées de bouquins
  • Contact

Codes des nénettes

Cotes d'amour :
¤ Pas du tout, * Peu
** Bien *** Beaucoup,
**** Énormément, ***** Passionnément


RECHERCHE : ENTREZ UN MOT-CLE (auteur, titre...) 

         

Bienvenue chez les Nénettes

 

    images-copie-1   

Bonne visite du blog

 

 

Merci de donner votre avis en cliquant sur écrire un commentaire. Nous serons ravies d'échanger avec vous. 

4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 21:21
Jules *** de Didier Van Cauwelaert

"Une femme qui se cherche, un homme qui se perd, un chien qui les trouve, un livre qui rend heureux."

Zibal, petit génie bardé de diplômes, se retrouve après une dégringolade sociale vendeur de macarons à Orly. Il fait alors "connaissance" de Alice et de Jules, son chien guide d'aveugles. Alice est en partance pour Nice où elle subit, avec succès, une opération qui lui rend la vue. Jules ne pouvant plus exercer son "métier" auprès de sa maîtresse chérie, il est, comme c'est d'usage, affecté à un nouveau maître qui le rend malheureux.

Alors Jules, qui n'est pas un chien comme les autres et qui est aussi un peu "cabot", retrouve Zibal, devient à la fois son cauchemar et sa prise de conscience.

Ensemble, dans un tourbillon de péripéties, ils partent à la recherche d'Alice ...

Un roman tendre et drôle, des chapitres où chacun des "humains" s'exprime tour à tour, un chien très attachant, qui a l'intelligence du cœur.

Pour glisser dans sa valise et/ou son sac de plage !

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 15:32
En attendant Bojangles ***** d'Olivier Bourdeaut

Un petit bijou de poésie, de drôlerie et de sensibilité

Un couple vit une histoire d’amour fantasque et passionnée sous l’œil émerveillé de leur fils unique. Leur destinée semble toutefois inscrite dans un tourbillon qui pourrait les emporter…

Il y avait longtemps que les Nénettes ne s’étaient pas accordées autour d’un livre qu’elles ont autant aimé!

Tout commence comme un rire d’enfant et prend ampleur et profondeur lorsque intervient le père, second narrateur, au travers de ses carnets. Derrière toutes les plaisanteries et situations cocasses, l’émotion monte doucement et inexorablement.

Et nous nous sommes laissé entraîner, par ce court récit d’une légèreté trompeuse. La poésie, est présente dans les images et aussi dans les mots, les situations. Ainsi, elle traverse tout le livre, comme leur oiseau l’appartement.

On ressent bien que ce sont les personnages qui ont amené l’auteur à raconter leur histoire. Spectaculaires, ils vivent littéralement sous nos yeux, comme ils sont nés devant les siens.

Gageons qu’en fermant ce très beau livre, subtil et original, vous aurez envie d’aller écouter « Mister Bojangles », le titre de Nina Simone, chanson emblématique de ces amoureux ultimes et de conserver en vous la douce nostalgie qui ne vous lâchera pas de sitôt…

Les nénettes

PS: Jade- Iris (14 ans) Nénette junior : J’ai aimé l’univers fantasque de cette famille. J’ai ri, été émue et attribue 4* à « En attendant Bojangles » car j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Mais après j’ai adoré ! Merci à Olivier Bourdeaut pour la dédicace et à maman de me l’avoir prêté (revanche ;-))

Grand Prix RTL LIRE 2016

Prix Roman FRANCE TELEVISIONS

Prix du roman des étudiants FRANCE CULTURE TELERAMA 2016 pour l'instant!

Repost 0
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 11:54
Un paquet de cartes ** de Pénélope Lively

Dix sept nouvelles dans ce recueil, assez courtes (quatre pages pour certaines).

Que l'on soit un couple, un jeune homme, une dame âgée, nous sommes toujours en proie avec nos doutes et nos interrogations, nos choix à faire ...

Pas de grandes envolées littéraires ici, mais des tranches de vies, certaines jubilatoires ou cocasses, d'autres plus cyniques, en tout cas suffisamment bien écrites pour me donner envie de connaitre mieux l'univers de P. Lively à travers un de ses romans.

Je vous recommande particulièrement "Conte de Noël", "Une perle", "Un paquet de cartes".

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans nouvelles
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 11:09
Je vais mieux **** de David Foenkinos

"Je ne savais plus que faire pour aller mieux ... Et puis, j'ai fini par comprendre."

Le narrateur mène une vie rangée et bien réglée : une femme, deux enfants, un travail stable dans un cabinet d'architectes, un pavillon, un couple d'amis avec lesquels on prévoit les dîners.

Un dimanche de déjeuner avec Sylvie et Edouard (les amis), cette belle mécanique va s'enrayer à cause d'un mal de dos !

Le narrateur nous emmène alors de consultations médicales en radios, d'IRM en ostéopathes, en passant par une magnétiseuse, un psychologue et même une prostituée ... Tout ceci sans que ne cesse la douleur, signe d'un mal être plus profond et plus intérieur ? Tout part dès lors "en vrille" : couple, travail, reproches des enfants, une fois de plus il subit, spectateur plutôt qu'acteur de cette vie.

Notre héros décide de ne plus "en avoir plein le dos", en réglant quelques comptes avec les uns et acceptant aussi les critiques des autres ; ses parents les premiers ne sont pas tendres : "Tu crois que c'est facile d'avoir un fils comme toi ? Tu dis qu'on te rabaisse tout le temps, mais on dirait qu'il y a toujours un drame peint sur ton visage. Tu as toujours l'air d'une victime. Ton mal de dos, ça ne m'étonne pas. C'est ton genre, de finir plié en deux ... et ça te rend heureux ... car on peut te plaindre ... et c'est ça que tu veux : qu'on te plaigne."

D. Foenkinos a cette façon à lui de traiter des thèmes graves avec cette dose d'humour et de légèreté (le début des chapitres avec la note d'intensité de la douleur et l'état d'esprit du moment), mais aussi avec profondeur ("être en vie ne suffit pas à faire de nous un être vivant"). Est il nécessaire de vous dire que j'aime cet auteur et que j'ai adoré ce roman ?

Coup de cœur justifié de la librairie Saint Pierre de Senlis !

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 10:19
Ce qui nous sépare**** d'Anne Collongues

Un formidable roman d'introspection.

Comme les bribes de paysages aperçus par la vitre d'un train, le récit s'ouvre sur 7 passagers d'un RER de banlieue. Tous s'installent dans le même compartiment, à la fois proches et éloignés : plongés dans leurs réflexions, souvenirs, craintes ou espoirs. S'observant par instant, s'oubliant aussitôt pour s'abîmer dans leurs pensées.

"Marie s’est jetée dans le train comme on fuit le chagrin ; Alain, qui vient de s’installer à Paris, va retrouver quelqu'un qui lui est cher ; Cigarette est revenue aider ses parents à la caisse du bar-PMU de son enfance ; Chérif rentre dans sa cité après sa journée de travail ; Laura se dirige comme tous les mardis vers une clinique ; Liad arrive d’Israël ; Frank rejoint son pavillon de banlieue."

Tout le temps que dure le voyage décomposé en courts chapitres, Anne Collongues découvre pour nous leur histoire avec humanité et une grande habileté descriptive autant que narrative. Photographe de formation, son écriture reflète un don pour s'attacher au détail -la veine bleue d'une tempe- et entremêle les destins de ses personnages dans un récit à la fois fluide et maîtrisé.

J'ai beaucoup aimé ce premier roman. Les sentiments finement analysés m'ont touchée au point que je relise des passages. Ses personnages qui pourraient paraître des archétypes (banlieusard, jeune de cité) acquièrent une existence, une personnalité. Ils me sont devenus si proches et familiers que je m'y suis attachée -Marie m'a même profondément émue- si bien que j'ai regretté de devoir les quitter au terminus.

Je vous recommande de monter vous aussi dans cette rame, sûre que vous passerez un excellent temps de lecture !

Inès-Marie.

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman français
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 23:50
La pension Eva ** de Andrea Camilleri

En Sicile, dans les années 40, Nenè est un jeune garçon très curieux, fasciné par une belle maison dont la plaque dorée fixée sur le mur indique "Pension Eva". Ce lieu est emprunt de mystère et d'un parfum de souffre, y vivent des femmes dévêtues que des hommes viennent "visiter" le soir. Une cousine jouant au docteur avec lui dans le grenier familial l'éclairant sur le sujet, Nenè voudra bien vite fréquenter la pension.

Sous fond de guerre et de bombardements, le jeune homme découvre dans ce bordel un univers joyeux, sensuel, et curieusement pieux, ainsi que les récits drôles et les miracles narrés par ces dames, sous la houlette de la Signura Flora.

Un roman truculent, pittoresque, tendre et réaliste (la pension Eva a réellement existé), entaché pour moi par une traduction laborieuse, apparemment voulue par l'auteur. Le patois sicilien doit être agréable dans le texte original, mais les "rin de rin", "passque", "querque", et autre "s'aprésenter" ... m'ont un peu gâché le plaisir, sanctionné d'une *.

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman etranger
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 20:31
Amours en fuite *** de Bernhard Schlink

Sept nouvelles comme sept romans dans cet ouvrage de l'auteur du "Liseur".

Ces intrigues, se déroulent toutes en Allemagne à différentes époques de son Histoire. Chacune met en scène un homme.

Sept hommes différents mais tous en quête d'amour, qui se débattent (et s'empêtrent parfois) dans leurs mensonges et leur soif d'absolu. Des hommes touchants malgré leurs faiblesses et pour certains leur lâcheté, face à des femmes plus lucides et mieux "armées" contre l'adversité de la vie.

Toujours une belle écriture de B.Schlink, ces "mini romans" se lisent d'une traite.

J'ai particulièrement aimé "La petite fille au lézard", "La circoncision", et "L'autre".

Eveline

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans nouvelles
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 15:43
Chroniques de Jerusalem (****), de Guy Delisle

Il s'agit de chroniques, à peine romancées semble-t-il, du séjour de quelques mois à Jérusalem d'un auteur de BD, qui déambule à travers la ville, seul ou avec ses jeunes enfants en poussette, pendant que sa femme travaille pour MSF.

Cette BD m'a littéralement passionnée et ce, sur de multiples aspects :

- on découvre avec intérêt la vie quotidienne des habitants de Jérusalem : les impacts d'une guerre sans fin et des découpages territoriaux, la cohabitation entre les religions, mais aussi les différentes mouvances à l'intérieur de ces religions, la place de l'histoire et le vécu des traditions. L'auteur observe ce quotidien avec un oeil candide, partageant avec nous les bonnes et mauvaises surprises, les bonheurs, l'absurdité, la cruauté....
On en apprend tellement sur la vie dans cette capitale historique morcelée et de quelques habitants, croisés au hasard des rencontres...

- on apprend également beaucoup de choses sur le processus de création de BD l'auteur mais aussi les professionnels de tous pays qu'il croise au travers du volume.

- toutes les anecdotes et moments partagés sont traités avec empathie, et toujours un brin d'humour, ce qui fait qu'on rit et sourit souvent

J'ai passé une excellent moment à la instructif, passionnant et amusant avec cette BD.

Pour ceux qui apprécieront, il existe également "Chroniques Birmanes", qui évoque sur le même ton un séjour précédent en Birmanie.

Binh

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans BD
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 15:27
Quelques jours ensemble (***) de Mongermont et Alcante

Voici une BD "one shot" (un seul volume) qui m'a beaucoup émue.

Le pitch est simple, pour ne pas dire banal : Xavier est le patron insouciant, égocentrique et cavaleur d'une boîte d'infographie dans le vent. Un matin, il est contacté par une ex, dont il se souvient à peine. Il se rend au RV fixé en pensant aux instants chauds et endiablés qu'il imagine passer bientôt avec elle. Mais les évènements vont prendre une toute autre tournure.

SI on n'est pas forcément surpris par ces quelques jours en tandem impromptus, on est émus par l'évocation qu'en font les auteurs. Des moments simples, aux dialogues minimalistes mais acérés, qui vont droit au coeur ("c'est trop lourd...")

La conclusion n'en est que plus belle, par la sa justesse et l'humilité du propos;

La précision du trait vient conforter l'extrême délicatesse de cette très jolie BD.

Quelques jours après sa lecture, je repense encore à ce petit Julien, que les auteurs ont su faire exister avec tellement de tendresse et de précision.

Binh

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans BD
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 11:35
Le lecteur de cadavres**** d'Antonio Garrido

Le premier médecin légiste était chinois.

Nous sommes en Chine au XIIIème siècle sous le règne de l'empereur Ningzong. Ci Song est un jeune garçon d'origine modeste que la mort de son grand père ramène avec sa famille dans son village natal.

Il garde l'espoir de retourner à Lin'an, capitale de l'empire, où il a appris à étudier les cadavres sous la protection du juge Feng. Après la mort violente de ses parents et l'arrestation de son frère, c'est en fugitif qu'il y retourne.

Son don pour élucider les causes de la mort l'y rendra célèbre mais il aura à y affronter de nombreuses mésaventures des "champs de la mort" où il est fossoyeur au palais impérial où il enquête sur une série d'assassinats.

Le lecteur de cadavres est un roman à la fois historique et policier qui se lit avec beaucoup d'intérêt. On apprend énormément sur cette période, ce pays et l'histoire de la médecine légiste. Les événements qui foisonnent et s'enchaînent sans temps mort, l'enquête, la personnalité attachante du héros tout comme les nombreux personnages (loin d'être secondaires) sont les autres atouts de ce livre que j'ai beaucoup apprécié.

Trois Nénettes l'ont déjà lu et aimé. C'est grâce à Delphine que Caroline et moi avons découvert cet auteur espagnol. Documenté et passionnant, il saura vous entraîner dans cette histoire inspirée d'un personnage réel.

Il a reçu le Prix international du roman historique en 2012.

Traduction de l'espagnol par N et A Lhermillier-

Inès-Marie

Repost 0
Published by Nénettes-on-net - dans roman historique
commenter cet article